Bienvenue sur notre site.

Notre principal objectif, à moyen et long terme, est simple et précis : fabriquer et vendre au moindre prix, des livres de bonne qualité. Vous trouverez ici la liste de tous les ouvrages que nous éditons, en espèrant que certains d'entre eux répondent à vos goûts et critéres.

» à propos

Kaveena

Par Boubacar Boris Diop;

Kaveena Format : 12x19
Pages : 384
ISBN : 978-9954-415-91-2
Parution : 2009
Prix :40Dhs

En stock

Commander

Description:
"Un cadavre dans un bunker : celui du chef de l'Etat, N'Zo Nikiema. Un mystère : celui du meurtre de la petite Kaveena, fille unique de la maîtresse du président défunt. Le colonel Asante Kroma, chef de la police, va devoir démêler ces énigmes. Il découvrira peu à peu, avec horreur, les sombres arcanes d'un système dont il a aussi été l'un des rouages. Kaveena, long monologue lucide et désespéré, dit de manière implacable l'Afrique meurtrie, aux mains de politiciens locaux et étrangers, brutaux, avides, sans merci. Un roman courageux et sans concession."

Extrait:
"Castaneda voulut être un roi bâtisseur. En peu de temps, il fit creuser des forages, encouragea les jeunes à se constituer en mutuelle d'épargne et de crédit, et initia des programmes d'éducation à la prévention des conflits ethniques ou aux droits de l'homme. Il érigea un bâtiment -trois pièces en enfilade- où fut logée la Maison des Projets. On apprit qu'elle était placée sous l'autorité indivise des deux souverains. C'était en quelque sorte le building gouvernemental de Nimba. Chacun se mit à parler de renforcement des capacités et de développement local. Personne ne savait ce que cela voulait dire mais tout le monde se jeta dans l'affaire avec enthousiasme. C'était pour les jeunes une façon de gagner leur vie tout en rompant avec la monotonie des longues journées d'oisiveté à Nimba. Les vieux remarquèrent qu'ils n'avaient plus leurs regards vides et incertains d'avant. Ils les voyaient au contraire courir dans tous les sens, s'arrêtant à peine pour leur dire bonjour. Bref, avec son nouveau dispensaire, sa nouvelle école élémentaire et ses initiatives hardies à la base, Nimba reprenait goût à la vie. Rien ne semblait trop beau ou trop coûteux pour Castaneda dès l'instant que c'était destiné à Nimba..."